Du Cameroun au Mexique : diverses traductions de la joie – récits de Noël à travers le monde - United Bible Societies

Contribution de Jost Zetzsche (coordinateur du projet TIPs).

En cette période de Noël, nous entendons tous l’histoire de Noël par bribes, à travers la liturgie, dans des sermons ou des homélies. Nous lisons des textes à son sujet dans des bulletins de nouvelles, des blogs et des articles, et nous la voyons peut-être même représentée dans des pièces de théâtre, des films ou des émissions de télévision.

Ce que nous ne faisons peut-être pas, c’est regarder cette histoire familière à travers les yeux de « l’autre », en l’occurrence une autre langue. Le site web Translation Insights & Perspectives (TIPs) a collecté des dizaines de milliers d’approches du texte biblique telles qu’on peut les trouver dans les diverses traductions et nous ne devrions pas être surpris que l’histoire de Noël fasse l’objet d’une grande richesse d’angles de vue différents. En voici simplement quelques-uns.

Reproduit avec la permission du Catalogue Sadao Hanga (sadaohanga.info).

Lorsque les mages – ou, comme les chrétiens kwakum du Cameroun l’écrivent avec soin et précision : « les gardiens des rites religieux qui observent les étoiles pour discerner les événements à venir » – prennent congé d’Hérode, ils observent à nouveau l’étoile qui les a conduits jusque-là. En la voyant alors s’arrêter pour marquer la destination finale de leur voyage, ils « se réjouirent énormément et furent dans une grande joie » (Revised Standard Version). Ces mots sont forts, mais le Manuel du traducteur de l’ABU consacré à Matthieu – qui, comme tous les autres volumes de la série, est désormais disponible sur le site TIPs – affirme qu’il est « impossible de surtraduire la réaction de ces hommes à la vue de l’étoile ». C’est certainement le sens que veut exprimer la traduction en miskito du Nord-Est du Nicaragua lorsqu’elle dit que « le foie est grand ouvert pour laisser avec joie les plaisirs affluer et l’envahir ». Plus modestement, mais avec autant de charme, la traduction en bambara, la langue nationale du Mali, décrit la joie des mages en parlant de « leur esprit attendri », tandis que les Tzeltal, groupe ethnique du Mexique, évoquent le « bon goût de leur cœur ».

La traduction passe par la langue, mais aussi par l’art, qui a été l’un des aspects mis en avant cette année sur le site TIPs. Prenez par exemple cette impression au pochoir réalisée par le regretté Sadao Watanabe, artiste japonais, représentant l’annonce par les anges de la naissance du Sauveur ou, pour citer les Tagbanwa (l’un des groupes ethniques les plus anciens des Philippines), de « celui qui est le gage de notre assurance de salut dans l’avenir », faite aux bergers en adoration et émerveillés.

Que cette année votre Noël soit rempli de la plus douce des joies et du plus grand des émerveillements.

 

 

CONTACT

Equipe Communication de l’ABU
Tél. : +44 73 89 88 21 43
E-mail : communications@biblesocieties.org